Dernières paroles



Dernières Paroles - Anthony Rousseau 

«Dernières paroles» est le premier recueil de nouvelles de Anthony Rousseau. L’auteur dépeint à travers quelques souvenirs personnels une réalité qui apparaît pervertie et corrompue… /Edition PUSH© - 2016.


ITUNES
AMAZON
KOBO


04. État limite (borderline)

Histoires – Natasville, espace-lieu inconnu. Différents plans fixes sur la cité hybride. Collages erronés d'une archéologie sursitaire. Archéologie mystique d'un endroit perdu pour la civilisation.

Ville américaine, Chicago peut-être ? Espace-temps élastique, brèches temporelles, Hiroshima, succession d'images. Transparence. Fondu enchaîné sur le train qui part. Inconnus/voyageurs/destinations. Surimpressions. Images de la Cité. Actions. Coups de feu. 20h00. Bruits de rues. Patrouille de police. Appel radio. 5 minutes pour y aller… Fondu au noir.

Voix off. Pièce obscure. Désolation. Le lendemain. Les enquêteurs envoyés par le procureur.

William Mister, corps allongé, intransportable. L'acteur principal, l'unique victime de la fusillade. Pas de témoin. Règlements de compte ? Fatalités ?

Mister, à cette heure, sombrait dans l'irrationnel, le dactylo-sténographe enregistre
le dialogue qui suit :

Enquêteur A : « Qui t'a tiré dessus ? »

William Mister : « N'importe qui, tout le monde, j'ai rien vu… on devrait pas faire des choses comme cela, j'ai raté mon train ».

Enquêteur A : « T'as reçu des menaces ces derniers temps ? »

Enquêteur B : « Des mecs qu'auraient voulu te faire la peau ? »

William Mister : « Les autres, vous… je suis seul, vous êtes des millions… faut pas dire des choses comme cela quand on n'a pas de preuves. Redonne-moi ma piqûre, elle m'aime tant ».

William Mister s'agitait de plus en plus. Morphine. Effets décalés…

William Mister : « J'ai mal. Terriblement mal. Vous n'avez rien contre moi, le Cyclope a tout vu par la fenêtre. Attraction/répulsion. Plein/vide. Cadre interface… Les tensions s'installent, les phratries de la Cité se forment, tout le monde a peur. Derrière le miroir. Fallait pas rester au milieu, chacun pour soi et Dieu pour tous. Vous auriez fait la même chose que moi. Chaque clan prend ce qu'il désire. J'ai faim.

Y a des affrontements dans la rue. Les garçons sauvages sont en alerte, pénis en érection, prêts à libérer leurs énergies cosmiques. Les putes rentrent dans leurs claques. Les sbires attendent le signal. Chacun son Drapeau-Haine. On comptera les morts plus tard. Climax.

Fin du temps réglementaire.

Les clebs bavent sur les corps sanieux. Odeurs de sperme et de sang mélangés. Les passants vomissent à chaque coin de rue.

Va y avoir encore des titres rouges dans les journaux. Les tueurs en série télévisée pleurent, désemparés : on leur vole la vedette. Charles Manson rigole au fond de son temple. Putain de pop star ».

Film muet, William Mister continuait à délirer…

William Mister : « On s'amusait bien à l'époque malgré la brigade de répression télépathique, on pensait à rien, pratiques sexuelles et intellectuelles interdites. Subversions. On agissait. »

Enquêteur A : « Qui t'a tiré dessus ? »

Enquêteur B : « Tu te rappelles quelque chose ? »

William Mister : « Peut-être, je sais pas… un patron, oui, un patron ! «

Enquêteur A : « Ton patron ? »

William Mister : « Le vôtre peut-être ? Les agents doubles sont nombreux dans la zone. Guet-apens.

Les Hermines Rouges rôdent. Sucer la volonté des dirigeants. Crocs acérés et oripeaux. Soirées officielles. Y a du beau linge ici. Moi, je bouffais les restes, j'arrive plus à différencier la clique du claque.
Intersection. Pas assez de drogues pour tout le monde, CIA import/export fait son business. Armée en déroute. Moi, je bouffais les restes, radioactifs et synthétiques. Cinq images seconde. Effets de contradictions biochimiques. Pourcentage de pertes. Il y avait toujours des morts suicidés par le marché. »

Il se met à crier que les « red tops » remplissent les kiosques. Le reste est obscène et incompréhensible.

Enquêteur B : « Arrête de gueuler ! »

William Mister : « Aidez-moi, je ne crie pas mais j'veux pas crever ! »

Enquêteur A : « Dis-nous plutôt ce qui s'est passé… »

William Mister : « Que j' clamse, tout s'en branle. N' y a qu' Hollywood qui peut me sauver. Fini les décors carton-pâte, scènes de meurtres sur fond rouge de commerce. Esthétique publicitaire. Produits marketing. Plan média, casting éprouvant, producteurs exigeants. J'aurais pu être célèbre. Coupé ! Ne me jetez pas la pierre commissaire, vous êtes aussi dans le scénario. »

Sa femme Dorothea L., vient à son chevet. Sa main caresse ce corps froid et transpirant.

Dorothea L. : « Pourquoi tu ne leur dis rien ? »
William Mister : « Je ne sais pas si ce que je dis est vrai. C'était peut-être demain, comme tous les jours, c'était un jour d'une année de huit heures. Banal, j'errais… jusqu'à ce que ce type. T'entends la pluie dehors ? Il pleut tout le temps en ce moment. J'sais pas quand cela va s'arrêter ? L'horloge du besoin sonne toujours quand on a rien demandé. J'aurais dû me méfier des vampires. Salomé. Se réveiller pour errer, rechercher la paroisse bleue, se cacher derrière de fausses identités, j'ai pu observer les spectres qui nous entourent.

Quand est-ce que le soleil a brillé pour la dernière fois ?

Mam, déchire pas, j'suis ton bébé. Ne me laisse pas par terre, j'ai froid. Ils veulent me tuer. Crève la gueule ouverte. Ils m'empoisonnent tous les jours. Le poison c'est moi ! C'est pas moi, je suis innocent messieurs les jurés. Je suis un singe bâtard. J'oubliais, j'suis pas l'accusé, c'est moi la victime. Donnez-moi un crayon ! »

22h00. William Mister sombra dans le coma. Agitation. Cris. Sa mort est constatée par le médecin légiste à zéro heure.

Expérience unique de la mort, j'étais le dactylo-sténographe à l'époque, je n'ai jamais raconté cette histoire. Cette histoire dans l'histoire. Je crois que je suis encore bouleversé par ce souvenir. Paroles d'agonie. Phrases énigmatiques. Recherche de réponses douloureuses et chaotiques. Photogrammes. Excès. 24 images d'une seconde de vie absurde et agitée. Projection d'un film surexposé, pellicule détériorée. Raccords maladroits et visibles. Film unique. Copie multiple. Interlude à fleur de peau...

Articles les plus consultés

RAW